home.jpg

“J’aime me promener dans ces petits pays désormais abandonnés. Je m’arrête parfois pour écouter le silence. J’imagine alors la vie des gens à cette époque, à partir de ce que me racontait ma grand-mère. Je vois les gens vivre, se déplacer, cuisiner. Je vois les gosses qui courent dans le village et jouent avec tout et rien. Je les imagine pataugeant dans le ruisseau et faisant de petits barrages à l’aide de bouts de bois. J’aime aller chercher des témoignages de cette époque dans les livres, ou sur place, sur les traces de mes aïeux.”

FIRMA-2.png

MEMOIRES D'UN TEMPS QUI FUT

Ce livre historique biographique nait de la nécessité de l’autrice de reconstruire son propre arbre généalogique. Ses recherches se sont déroulées principalement dans les archives poussiéreux des communes de province et dans les archives paroissiaux, rédigés tout au long des siècles par ces prêtres qui se sont révélés des gardiens fondamentaux de tous les documents officiels, à partir des actes de naissance, de baptême et de mariage jusqu’à ceux de décès, tout en étant également des “annotateurs” fondamentaux d’évènements particulièrement incisifs à l’intérieur de la communauté: comme les inondations, tremblements de terre, incendies et épidémies.

 

De cette façon, Marie France a pu découvrir de nombreuses vérités, qu’elle ne connaissait pas, sur la vie de ses propres ancêtres. Persuadée par l’urgence de recueillir et documenter les histoires de persécution religieuse, de vie et survie cruelle, elle a commencé à écrire les récits parfois indulgents et curieux de ses propres aïeux, pour que les traces ne se perdent pas et pour transmettre à ses descendants le témoignage des populations de la haute val Suse et du Cluson.

 

Tout au long de ce parcours l’autrice a traversé, durant ces cinq ans nécessaires pour terminer son manuscrit, des états d’âme contrastants, de joie et de douleur, de peine et de colère, de nostalgie et de désespoir ; ces émotions sont bien racontées dans ces pages et elles transmettent au lecteur toute la persévérance et la prise de conscience qui ont caractérisé les habitants de ces vallées.

 

Contextuellement au livre, Marie France, sent le besoin de raconter et décrire minutieusement toutes ces odeurs et tous ces parfums qui ont caractérisé, fortement, ces lieux. Ce sont les mêmes odeurs qui ont accompagné la vie de nos ancêtres, c’est le parfum du passé et quoi qu’il en soit, quelque chose que l’on peut partager avec eux. Le temps a passé, mais le parfum reste inchangé durant les siècles comme un fil d’Ariane qui nous permet de remonter loin et entrer en empathie avec notre ascendance et la vie qu’elle a vécu, comme pour relier le passé au futur. À partir de ces odeurs sont nés deux parfums: Sang Noble, un concentré de 140 fragrances caractéristiques des lieux et dédié à toutes les populations qui ont versé leur propre sang pour ces bénéfices dont nous jouissons encore aujourd’hui (noblesse d’âme et non de rang) et Finou, pour rendre hommage à sa Nounette (sa grand-mère) qui a eu beaucoup d’influence dans la vie de l’autrice et qui a été une source inconsciente des histoires passionnantes qui ont stimulé, à l’âge adulte, la nécessité d’en savoir davantage.

prato.jpg
fieno.jpg

Marie France Bonnin

Autrice

+39 347-2750072

marif.bonnin@gmail.com

Laurence Fanuel

Atelier Rosa Rose